Publié sous le titre « Le numérique redessine la carte des compétence dans l’industrie« , l’Atelier se plonge dans dans l’impact du numérique sur le milieu industriel.

  • Extrait :

La modernisation de la production s’accélère grâce à la diffusion des technologies numériques réunies sous le concept d’industrie du futur ou « industrie 4.0 » comme on l’appelle outre-Rhin. Elle conduit à une redéfinition de la nature du travail et à une évolution des compétences. De nouveaux profils sont demandés, d’autres tombent en désuétude. La plupart doivent intégrer de nouvelles qualifications.

L’industrie, une image qui doit changer dans les mentalités et des nouveaux profils ?

Oubliez vos préjugés sur l’industrie. L’image d’Epinal d’usines sales et bruyantes qui seraient restées à l’époque du taylorisme et les cadences infernales décrites dans le film « Les temps Modernes » de Charlie Chaplin ont laissé la place à des ateliers modernisés où le rôle de l’homme est revalorisé. Avec l’émergence des technologies réunies sous le concept d’« industrie du futur », ce mouvement s’accélère. La maquette numérique, la robotique, la réalité augmentée, la fabrication additive (ou impression 3D), l’internet industriel des objets ou encore le Big Data participent à l’automatisation et la digitalisation des processus de production. Mais si ces technologies contribuent parallèlement à améliorer les conditions de travail des ouvriers et ingénieurs, leur introduction n’est pas sans conséquence sur la nature de l’emploi et les compétences recherchées. Certains profils sont en voie de disparition. D’autres émergent.

  • Lire l’article complet, l’Atelier, 30/05/2017

Revue de Web